L’association du design urbain du Québec est heureuse d’annoncer que la Bourse universitaire de l’ADUQ 2013 a été attribuée à M. Eric Lizotte pour son projet « Les parvis sont ouverts ».

Le parvis Saint-Charles de Limoilou

D’un montant de 1 000 $, la Bourse universitaire de l’ADUQ est remise annuellement à un finissant d’un programme d’aménagement de 2e cycle, ou du programme d’architecture de paysage et de design de l’environnement de 1er cycle à travers la province. Le projet lauréat de la bourse universitaire 2013 de l’ADUQ traite des enjeux liés à la préservation des ensembles patrimoniaux que sont les noyaux religieux au sein du cœur des villes et villages du Québec. À travers son projet, M. Eric Lizotte, finissant à la maîtrise en architecture doublée d’une maîtrise en design urbain de l’Université Laval, a su traiter ces enjeux en développant un projet qui vise à redonner à l’église sa centralité spatiale et symbolique tout en y préservant une forte vocation publique.

La ville entre sur le parvis

L’objectif du projet primé est donc de comprendre et de cerner le caractère évolutif de l’espace public des noyaux paroissiaux dans l’optique d’orienter l’intervention transformatrice. Cette dernière s’interroge sur le rôle hérité du noyau comme lieu de rencontre et de convergence en posant l’hypothèse d’une requalification du cœur institutionnel, où l’église prend place, centré sur un espace public réinterprété. Par ailleurs, l’église est ouverte sur son parvis et sur le pourtour de son enceinte permettant ainsi une nouvelle perméabilité au sein du site.

L’entre-deux du parvis, échanges et mixité

C’est tout donc ce qui se trouve autour de l’église et du parvis qui permet de faire fonctionner cette place comme un lieu de convergences, d’échanges et de mixité, sur quelques heures, ou sur quelques saisons. Enfin, le projet devient viable par la mixité de commerces et de services qui s’y investissent et qui participent à l’animation du lieu. Il s’agit ainsi d’un projet collectif de réécriture patrimoniale.

Texte en partie repris des explications de M. Eric Lizotte.