Élaboration de la solution
Analyse de la valeur
Il fut acquis dès le départ que l’analyse de la valeur serve d’outil privilégié pour gérer la complexité du design et le grand nombre de scénarios possibles.  L’approche a dans les faits stimulé la réflexion, la créativité, l’implication de chaque expert et la rigueur de la démarche. Une quarantaine de fonctions et sous-fonctions ont été établies et assemblées en une arborescence fonctionnelle.
Mission
La définition de la mission du projet rejaillit à la fois de l’exercice de l’analyse de la valeur et de l’introspection urbaine du secteur. Elle se traduisit par: aménager un carrefour convivial, sécuritaire et esthétique et en faire un lieu public significatif.
Design : une rencontre entre ville et montagne
Le projet consistait à remodeler un fragment important du mont Royal et du quartier.
Pour favoriser la réflexion, les nombreux ateliers se déroulèrent à l’hôtel du Parc, ce qui isolait les professionnels de leur lieu de travail habituel et leur donnait un accès immédiat au site sous étude.   
Des débats animés ont parfois eu lieu entre experts en aménagement comme par exemple si le nouvel aménagement devait donner priorité à la montagne sur la ville ou vice-versa?  Débats également entre ingénieurs et spécialistes de l’aménagement : quelle largeur donner aux voies de circulation? Quel style et quelle disposition pour les lampadaires pour éviter l’éblouissement? Quel fini de surface pour l’accès véhiculaire vers le Parc du Mont-Royal? Où implanter la piste cyclable?
Analyse de scénarios
Quelques 25 scénarios furent répertoriés ou générés. La moitié fut rejetée, généralement parce qu’ils ne permettaient pas l’implantation du futur tramway. Pour l’analyse finale, les 12 scénarios restants furent regroupés en 4 familles de proposition:
  1. Aménagement à niveau à trois carrefours épousant la morphologie du lieu;
  2. Aménagement étagé vers le bas surplombé d’un belvédère en béton;
  3. Carrefour conventionnel augmenté d’une bretelle;
  4. Carrefour conventionnel avec une double place agissant comme parvis.
Nous avons joint les illustrations des scénarios 1 et 4.
 Options 1 et 4
 Scénario 1                                            Scénario 4
Image : Scénarios 1 et 4, 2003 © consortium 
Axor-Séguin-Valsys-Urbansoland
La séance finale de l’analyse de la valeur (regroupant 14 experts) établit au mérite, selon les critères établis et de façon objective, le scénario 1 comme étant celui à recommander à l’administration. Les résultats (valeur/coût) furent respectivement de 80%, 67%, 46% et 64% pour ces différents scénarios et 19 % pour la réfection de l’ouvrage existant.
Réalisation
Optimisation, plans et devis préliminaires et définitifs
Une optimisation fut réalisée pour faire passer le concept à une étape constructible. Pour optimiser l’échéancier les travaux furent répartis en 3 phases.
Parc du Mont-Royal
La disparition de l’échangeur redonna aux parcs du Mont-Royal et Jeanne-Mance une superficie équivalente à 2 terrains de football.
Profitant de disponibilités budgétaires, le projet fut étendu vers le nord et vers les 2 parcs limitrophes : une traverse digne de ce nom fut aménagée face au monument George-Étienne-Cartier, entre les deux parcs, et de nouveaux sentiers et escaliers furent implantés. Le chemin Olmsted, qui serpente l’ensemble de la montagne, fut complété depuis le monument GEC jusqu’au nouveau carrefour. Un aménagement paysager fut créé afin d’assurer une transition entre le carrefour et la montagne.
Une combinaison originale de pièces permit de développer un modèle de lampadaire particulier pour le projet. Enfin, une première piste cyclable reliant le mont Royal vers le centre-ville fut aménagée.
15- lampadaires
Image : Lampadaires du projet, 2010
 
 
© Thiery Kouam, étudiant maitrise U. de M.
16- détail piste cyclable
Image : Raccordement cyclable avec l'avenue du Parc, 2010
© Thiery Kouam, étudiant maitrise U. de M.
Autres défis techniques cachés
Certains pans du projet ne sont plus visibles aujourd’hui, mais ont néanmoins constitué des défis complexes:
  • le maintien de la mobilité de toutes les clientèles, particulièrement des ambulances se dirigeant vers l’Hôtel-Dieu et le Royal-Victoria;
  • le remplacement de deux conduites principales d’aqueduc de 1200mm et l’augmentation des pressions dans le secteur à l’est de l’avenue du Parc;
  • le contrôle de la qualité de l’air à proximité de l’Hôtel-Dieu pour rassurer les autorités médicales.
Communication
Un grand effort fut mis pour prendre le tournant communicationnel. Des séances publiques d’information furent organisées, dont une devant plus de 500 citoyens gonflés à bloc par leurs attentes : ce fut un immense succès, ils virent ce qu’ils souhaitaient voir, entre autres des simulations dynamiques à vol d’oiseau qui étaient alors à la fine pointe de la technologie. Les médias locaux, régionaux et la télévision furent régulièrement alimentés par notre équipe et présentèrent une couverture extrêmement positive du projet, du début à la fin.
17 - journal place publique
Image : Journal Place Publique, avril 2005
Comité de bon voisinage
Une première des plus heureuses pour un chantier de la Ville de Montréal fut la mise sur pied du tout premier comité de bon voisinage qui regroupait des représentants de coopératives d’habitation et d’institutions des alentours. Un partenariat sincère, sinon une complicité, s’établit entre ceux qui géraient les travaux et ceux qui les subissaient, au profit de tous.
Comité de bon voisinage
Image : Comité de bon voisinage, séance de décembre 2006 © Tecsult
Les rencontres étaient d’autant plus efficaces qu’elles se déroulaient au bureau de chantier implanté au 22e étage de la tour Air Transat, avec une vue panoramique sur les travaux.
19- du Parc des Pins
Image : Vue panoramique du projet depuis le bureau de projet,
22e étage,2008 © Tecsult
Cette formule a été reprise par la suite par d’autres grands projets à Montréal.
Conclusion et prologue
Le passage sur l’avenue du Parc à travers la montagne est un évènement urbain majeur. Le réaménagement du carrefour en question commandait donc une réflexion multipartite de qualité quant à la nature de la solution à privilégier.
Les efforts de la Ville et de ses nombreux partenaires permirent de faire disparaître une forme malheureuse en lui substituant un ouvrage qui veut être en harmonie avec ce site si magique.
J’ose croire que l’équipe de projet et les méthodes qu’elle a employées modulèrent grandement les résultats obtenus.
Bref, une expérience inoubliable pour moi, mes collaborateurs et ces citoyens enthousiastes de Milton-Parc qui se sont tant investis dans ce projet.
20- vue vers le nord avant
Image : Vue vers le nord depuis la rue Léo-Pariseau, 2002
© Silvia Quintana
20B- vue vers le nord après
Image : Vue vers le nord depuis la rue Léo-Pariseau, 2015
© Paul Laberge
 Rédigé par : Paul Laberge, ing., PMP
 Chef de la Division Ponts et tunnels    (1988-2008)
 Directeur du projet du Parc/des Pins  (2001-2007)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *