Thématique Annuelle 2017



VILLE

VILLE

VILLE

L’Association du Design Urbain du Québec (ADUQ) est heureuse d’annoncer publiquement sa thématique annuelle :

VILLE

La ville (post) festive // Comment faire de l’événement et la fête un processus dynamique de fabrique urbaine ?

VILLE 
Alors que Montréal entame une année hautement festive pour célébrer son 375e anniversaire, l’Association du design urbain du Québec invite à se projeter au-delà de 2017 et à engager dès maintenant une réflexion publique collective sur le rôle de la fête et de l’éphémère pour construire la ville de demain.

VILLE

VILLE 

« J’imaginerai un art supérieur à l’art des oeuvres d’art : celui de l’invention des fêtes »
Nietzsche – Le gai savoir

 VILLE

VILLE

Parades, carnavals, fêtes foraines, festivals, bals urbains, Nuit Blanche, fêtes de la musique, grands rendez-vous sportifs ou culturels… traduisent cette façon dont la ville a toujours été le cadre de manifestations festives éphémères qui tentent de générer des « moments urbains » heureux. À une plus grande échelle, événements, expositions universelles, capitales de la culture, coupes du monde, jeux olympiques, anniversaire de ville, etc. sont vus comme des catalyseurs urbains de transformation.

Nos sociétés hypermodernes témoignent plus particulièrement d’un retour des grandes fêtes collectives, traduisant une aspiration des citoyens à plus d’urbanité, de convivialité, d’expériences partagées, et parallèlement, une volonté des pouvoirs publics à mettre en scène une ville attractive où il ferait bon vivre. Mais quelle urbanité produit in fine la fête ? Lors d’événements marquant l’histoire d’une ville (un anniversaire par exemple ?), comment ne pas réduire l’intérêt des villes pour ces stratégies événementielles à un effet marketing ? Comment donner sens et efficacité à l’événement en l’inscrivant dans une logique de long terme, dans un effet de levier et un processus dynamique de projet urbain ?

VILLE

VILLE

 

VILLEVil

UNE FÊTE, UNE VILLE, UNE CULTURE

 

La fête est ce moment de réjouissance collective qui participe à la reconquête de l’espace public. « Elle serait le signe le plus évident d’un « désir de ville » dans un environnement social et économique en pleine mutation. » Qu’elle soit à l’initiative des citoyens ou des pouvoirs publics, la fête est une source potentielle d’urbanité. Interpellant la notion de plaisir, la fête catalyse la revendication d’une ville hédoniste, sensuelle, plurielle, multiculturelle, créatrice de lien social.

Une nouvelle « mythologie » de la « fun city », « ville festive » ou « happy city » est née et prend progressivement place. Les événements festifs et culturels comptent aujourd’hui parmi les facteurs de production de nouveaux espaces urbains – requalification et réécriture d’espaces le plus souvent issus de la ville industrielle et moderniste.

Les gouvernances urbaines s’en emparent alors et orchestrent des grandes opérations festives, qu’elles soient culturelles ou sportives. L’événement et l’éphémère sont devenus des incontournables de l’action urbaine et une politique urbaine assumée de l’événement est instaurée et accompagne l’aménagement et le développement urbain.

VILLE

VILLE

VILLE

ET APRÈS ?

 

Réenchanter la ville ordinaire par la fête, oui, mais après? Que reste-il après, lorsque la fête est terminée ? Comment intégrer le temps de l’événement, de la fête, à l’histoire urbaine, en excédant le temps de l’éphémère? Cela pose alors la question de l’évolution des outils traditionnels de la fabrique de la ville mais aussi la question de la continuité et de la durabilité urbaine. En accordant de l’importance à la production d’un immatériel : le bien vivre, le vivre-ensemble, le plaisir… l’opposition entre événement urbain et équipement urbain tend à s’estomper. Les événements, en ayant un impact fort, voire en se pérennisant, s’inscrivent durablement sur les territoires et dans les imaginaires. Ils montrent la ville en train de se faire, se défaire, se réinventer, de manière itérative et continue. Si l’éphémère peut assurer un rôle structurant, comment alors capitaliser concrètement sur la fête pour construire une vision d’aménagement urbain sur le long terme ?

L’évènement festif, par son caractère rassembleur et extraordinaire, permet de changer le regard que l’on pose sur un espace en jouant sur l’imaginaire qui lui est associé, en lui offrant un nouveau visage, en y testant de nouveaux usages, en lui ouvrant de nouveaux horizons possibles. L’évènement peut être un prétexte au potentiel important pour expérimenter, prototyper, imaginer ou booster des idées nouvelles dans un contexte populaire et éphémère. À ce titre, il devient un outil précieux dans la fabrique de la ville contemporaine.

VILLE

VILLE

VILLE

L’ADUQ COMME CATALYSEUR

 

L’ADUQ a choisi de faire de la « ville festive » sa thématique en 2017. Pendant cette année, elle explorera de façon constructive, critique et collaborative la façon dont la fête peut fabriquer l’urbanité et la ville de demain. Par la même, l’ADUQ souhaite interroger le design urbain et ses différents acteurs. En effet, le spectre des acteurs de la fabrique urbaine s’élargit, « les nouveaux faiseurs de ville étant appelés à être des techniciens de la planification, (mais aussi) des producteurs de sens, des activateurs de processus participatifs et collaboratifs, des communicateurs d’intentions, des médiateurs culturel…

À Montréal, l’ADUQ verra le 375e anniversaire comme un véritable laboratoire vivant à l’échelle d’une année et de toute une ville. L’ensemble des festivités du 375e , mais aussi ses legs, seront des moments et des espaces privilégiés à observer et à interpréter à travers l’analyse de ces deux tendances croisées ; d’une part la mutation dans la manière de faire la ville, et d’autre part le besoin de festif dans les sociétés contemporaines. Il s’agira de comprendre les trajectoires et les rôles de l’ensemble des acteurs de la fête, et d’analyser les modalités et les expressions multiples du festif et de l’événementiel sur la ville contemporaine. L’ADUQ tentera donc d’appréhender le 375e comme un révélateur, un déclencheur, un créateur, un catalyseur, de nouveaux imaginaires urbains et de nouvelles urbanités pour penser la ville de demain.

À Québec, la relation entre événementiel et éphémère rythmera les désormais traditionnelles Saisons du Design Urbain. Ces rendez-vous trimestriels seront l’occasion de voir comment les moments marquants d’une ville peuvent jouer un rôle de catalyseur à la transformation urbaine et à l’innovation des pratiques.